Présentation de Soleils49

Introduction

 

L’association SOLEILS49, association Loi 1901, a été créée en Septembre 2009, pour venir en aide aux migrants arrivés dans notre région. Ce sont des familles qui, fuyant la guerre et la misère viennent chercher refuge chez nous, souvent au péril de leur vie. Malheureusement, nombreux sont ceux qui se voient opposer un refus à leur demande d’asile. Ils perdent alors tous leurs droits et doivent survivre dans des conditions extrêmes, sans logement ni revenu. Tout devient difficile : s’abriter, se nourrir, scolariser ses enfants… tant qu’ils n’ont pas obtenu un titre de séjour, leur permettant enfin de faire des projets d’avenir.

 

SOLEILS 49 propose un accompagnement dans la constitution des dossiers de demande de titre de séjour.

 

L’objectif de SOLEILS49 est d’aider les familles (avant et après l’obtention du titre de séjour) afin de leur permettre de s’insérer et se faire une place dans la société. La priorité est donnée au logement, à la l’alimentation et à la scolarisation des enfants.

 

L’hébergement : grâce à un partenariat avec des communautés religieuses, plusieurs familles sont hébergées par l’association.

 

L’alimentation : en 2013, constatant l’extrême pauvreté des personnes rencontrées, l’association a mis en place une distribution alimentaire ouverte à toute personne (française ou étrangère) en situation de grande précarité. Ce sont plus de 200 familles qui fréquentent régulièrement cette distribution, dont un grand nombre d’étrangers « sans papiers ».

 

La scolarisation des enfants : SOLEILS49 paye les frais de cantine pour les enfants de familles sans revenu afin de leur garantir un repas chaud et équilibré. L’association finance aussi des cartes de bus pour ceux qui sont scolarisés loin de leur lieu d’hébergement, ainsi que le centre de loisirs pour les enfants qui vivent dans la rue avec leurs parents. L’association participe à la « charte culture », ce qui permet à quelques enfants d’accéder à des activités culturelles, accompagnés de leurs parents.

 

L’insertion : certaines personnes attendent de nombreuses années leur titre de séjour, autant d’années pendant lesquelles l’accès au travail leur est interdit. Pour lutter contre le désœuvrement et favoriser l’insertion par le travail, SOLEILS49 a mis en place un jardin solidaire, cultivé par des bénéficiaires, ce qui permet aussi d’améliorer le quotidien des familles.

 

 

BILAN D’ACTIVITE 2016

 

  1. Aide à l’obtention des cartes de séjour

 

  • Soutien administratif

Pour l’année 2016, 80 familles (soit 224 personnes) ont été accompagnées dans leur demande de titre de séjour, soit 60 % de plus que l’année précédente.

41 dossiers ont été acceptés (117 personnes)

10 ont été refusés dont 8 sont actuellement en recours

22 sont encore en attente

Certaines familles ne donnent plus de nouvelles et nous n’avons pu suivre le devenir de leur demande.

Le bilan reste très positif avec plus de 50% de succès.

 

  • Prêts sans intérêt

Cette année, 20 prêts ont été accordés pour l’obtention ou la demande de titre de séjour, pour un montant total de plus de 3200€. Le tiers a été remboursé. Le taux de remboursement reste assez faible car les bénéficiaires sont pour la plupart sans revenu au moment de la demande.

 

 

  1. Aide matérielle

 

  • Aide alimentaire

 

Au 31 Décembre, 220 familles (soit environ 730 personnes) étaient inscrites à la distribution alimentaire de Soleils 49. Il faut rajouter à ce nombre les familles non inscrites qui reçoivent des colis de dépannage. L’organisation est la même que l’an dernier. La distribution est hebdomadaire, mais seulement la moitié des bénéficiaires sont servis chaque semaine. Chaque famille a donc la possibilité de venir s’approvisionner un vendredi sur deux. A chaque distribution, nous accueillons environ 80 familles (la capacité théorique d’accueil est de 65)

Chaque mois nous sommes amenés à faire de nouvelles inscriptions. Au mois de Mai, nous avons dû interrompre les inscriptions car la situation devenait trop tendue. Les familles non inscrites peuvent bénéficier d’un colis de dépannage en fin d’après-midi, en fonction possibilités.

 

Le profil des familles est à peu près le même que l’an dernier :

40% sont des enfants de moins de 15 ans

27% de familles monoparentales

30% des foyers n’ont aucune ressource

 

 

43,771 tonnes de nourriture ont été distribuées en 2016 (en augmentation de 30% par rapport à 2015). Seuls 300kg ont été perdus, essentiellement des fruits et légumes frais. La quantité distribuée varie en fonction des quantités livrées par la banque alimentaire.

 

15 bénévoles se relaient le vendredi dont la moitié sont aussi bénéficiaires de l’aide alimentaire. L’ambiance est relativement paisible. Une réunion a eu lieu au mois de Juillet avec tous les bénévoles participant aux distributions. Globalement, les personnes sont satisfaites. Des propositions d’amélioration ont été faites. D’autres réunions sont prévues en 2017.

 

Cette action est autofinancée par la participation des bénéficiaires. La participation des foyers à faible revenu est de 30c le kilo et il est proposé aux foyers sans ressource une participation libre à la hauteur de leurs moyens, et beaucoup donnent quelques centimes. L’action a dégagé un solde sur l’année : 3200 €

 

  • Cantine et cartes de bus

 

Comme les autres années, Soleils 49 a pris en charge les frais de cantines des enfants de familles sans aucune ressource : 48 enfants pour 2016 (28 en 2015)

9 abonnements annuels de transport IRIGO sont financés pour des enfants ou des collégiens hébergés loin de leur école.

Une centaine de cartes mensuelles au tarif réduit ont été fournies en dépannage pour des personnes sans ressources.

 

  • Logement :

 

Le partenariat avec les sœurs du Bon Pasteur permet d’héberger 8 foyers soit une vingtaine de personnes, sur deux sites.

Le partenariat avec les Sœurs de La Pommeraye permet d’héberger 3 familles (8 personnes) dans un logement dans la Cité, qui est disponible jusqu’en Janvier 2017. Un autre logement prêté par les sœurs de Saint Charles prendra le relais jusqu’en Avril 2017.

La majorité des familles sont les mêmes que l’an dernier. En effet, les situations ont tendance à perdurer du fait de la difficulté croissante des personnes à obtenir un titre de séjour, puis à le renouveler.

Cette action est primordiale car elle permet d’offrir un hébergement stable et sécure à des personnes contraintes de vivre à la rue. Il y a à Angers de plus en plus de familles sans aucune solution d’hébergement et les baraquements mis à disposition par la préfecture rue Rouchy n’offrent qu’une mise à l’abri de 20h à 7h30 du matin dans des conditions d’hygiène très précaires. Cette situation est très préjudiciable à la santé physique et mentale des personnes, en particulier des enfants.

 

  1. Création d’un jardin solidaire

 

Le projet de jardin solidaire a pris du retard du fait du refus de la direction du Bon Pasteur de prêter un terrain. Finalement, c’est un agriculteur à la retraite qui met à disposition de l’association un terrain de 2500m2 à Saint Barthélémy d’Anjou. La convention a été signée en Décembre, et le jardin sera cultivé en 2017. Un éducateur technique en horticulture à la retraite a été sollicité pour animer une équipe de jardiniers et un partenariat avec des enseignants du lycée du Fresne est engagé pour un soutien technique. Cette action sera proposée en priorité aux migrants hébergés par l’association, qui sont sans ressource et sans activité. Les récoltes seront partagées par les jardiniers. L’objectif est d’améliorer le quotidien des familles et de lutter contre le désœuvrement de ces personnes qui n’ont pas le droit de travailler.

Des contacts avec l’association Colibris ont été pris pour essayer de cultiver en permaculture. Pour la première année, c’est jardin bio classique qui est prévu.

Cette action a reçu le prix de l’innovation 2016 du CCAS d’Angers.

 

 

  1. Centre de loisirs et actions culturelles

 

Cette année, grâce à la subvention de 2000€ accordée sur la réserve parlementaire de Corinne Bouchoux, l’association a pu financer des loisirs et des vacances pour quelques familles. Les familles ciblées en priorité ont été celles qui n’ont pas d’hébergement, puis les familles hébergées par l’association.

10 enfants ont bénéficié de l’accueil de loisirs du mercredi, et 2 enfants de l’accueil de loisir sur les vacances scolaires.

Tous les enfants hébergés par l’association ont fait une sortie au Parc Ouistiti, et 5 d’entre eux ont fait un stage de cirque pendant les vacances.

L’été dernier, 3 familles sont parties en vacances au bord de la mer, grâce à un partenariat avec le Secours Populaire.

Une vingtaine d’enfants a assisté à un spectacle de cirque pendant les vacances de Noel.

Ces actions sont très appréciées car elles participent à un mieux-être psychologique et à l’intégration des enfants et des familles concernées.

Par ailleurs, Soleils 49 financé des adhésions pour du soutien scolaire dans 2 maisons de quartier, pour une dizaine d’enfants.

 

  1. Actions diverses

 

L’association « Les enfants des villages du Cameroun » a sollicité Soleils 49 pour l’envoi de manuels scolaires pour les enfants d’un foyer à Tsinga au Cameroun. Des manuels ont été collectés dans les écoles d’Angers et sont prêts à partir. Il reste à organiser et à financer l’acheminement de ces livres jusqu’à Tsinga.

Un projet de fête au Centre Marcelle Menet a échoué et il faut maintenant chercher un autre moyen pour financer cette action.

 

 

Conclusion et Perspectives :

Les activités principales de l’association sont encore en augmentation cette année : soutien administratif : + 60%, financement des cantines scolaires : + 71, distribution de denrées alimentaires +30%. La demande continue à augmenter, mais les capacités de SOLEILS 49 et de la banque alimentaire à fournir les denrées sont limitées. De même pour l’hébergement, la demande est toujours croissante, mais ce sont nos moyens pour y répondre qui sont extrêmement limités. L’association doit trouver un nouvel hébergement rapidement pour 3 familles hébergées par les sœurs.

En fait, on constate que les difficultés pour les migrants à obtenir des titres de séjours, puis à trouver du travail et/ou faire valoir leurs droits aux allocations, sont sans cesse croissantes. Les demandes augmentent et les gens restent plus longtemps dans le circuit des aides associatives.

La réalisation d’actions culturelles et de loisirs pour les personnes suivies est due à l’obtention d’une subvention exceptionnelle. Il faudra réfléchir aux moyens de pérenniser cette action qui s’est avérée très intéressante.

Deux nouveautés cette année : la création du jardin solidaire, et le partenariat avec « Les enfants des villages du Cameroun ». Il faudra mener à bien ces deux actions en 2017.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau