L’association SOLEILS49, association Loi 1901, a été créée en Septembre 2009, pour venir en aide aux migrants arrivés dans notre région. Ce sont des familles qui, fuyant la guerre et la misère viennent chercher refuge chez nous, souvent au péril de leur vie. Malheureusement, nombreux sont ceux qui se voient opposer un refus à leur demande d’asile. Ils perdent alors tous leurs droits et doivent survivre dans des conditions extrêmes, sans logement ni revenu. Tout devient difficile : s’abriter, se nourrir, scolariser ses enfants… tant qu’ils n’ont pas obtenu un titre de séjour, leur permettant enfin de faire des projets d’avenir.

 

SOLEILS 49 propose un accompagnement dans la constitution des dossiers de demande de titre de séjour.

 

L’objectif de SOLEILS49 est d’aider les familles (avant et après l’obtention du titre de séjour) afin de leur permettre de s’insérer et se faire une place dans la société. La priorité est donnée au logement, à la l’alimentation et à la scolarisation des enfants.

 

L’hébergement : grâce à un partenariat avec des communautés religieuses, plusieurs familles sont hébergées par l’association.

 

L’alimentation : en 2013, constatant l’extrême pauvreté des personnes rencontrées, l’association a mis en place une distribution alimentaire ouverte à toute personne (française ou étrangère) en situation de grande précarité. Ce sont plus de 200 familles qui fréquentent régulièrement cette distribution, dont un grand nombre d’étrangers « sans papiers ».

 

La scolarisation des enfants : SOLEILS49 paye les frais de cantine pour les enfants de familles sans revenu afin de leur garantir un repas chaud et équilibré. L’association finance aussi des cartes de bus pour ceux qui sont scolarisés loin de leur lieu d’hébergement, ainsi que le centre de loisirs pour les enfants qui vivent dans la rue avec leurs parents. L’association participe à la « charte culture », ce qui permet à quelques enfants d’accéder à des activités culturelles, accompagnés de leurs parents.

 

L’insertion : certaines personnes attendent de nombreuses années leur titre de séjour, autant d’années pendant lesquelles l’accès au travail leur est interdit. Pour lutter contre le désœuvrement et favoriser l’insertion par le travail, SOLEILS49 a mis en place un jardin solidaire, cultivé par des bénéficiaires, ce qui permet aussi d’améliorer le quotidien des familles.

 

BILAN D'ACTIVITÉ 2018

Aide à l’obtention des titres de séjour

 

  • Soutien administratif

Cette année, 62 dossiers ont été présentés à la préfecture qui concernent 85 personnes. Nous avons eu 52 réponses positives, 6 refus et 3 dossiers sont encore en attente. Le taux de réussite est de 83%, ce qui est très élevé (75% en 2017)

Cette année, il y a eu moins de familles qu’en 2017 et plus de célibataires. De nombreuses demandes de titre de séjour “étranger malade” ont reçu une réponse positive.

Malheureusement, en fin d’année, ce service a été suspendu, car la bénévole qui l’assurait a dû cesser son activité et n’a trouvé personne pour la remplacer. Cette activité nécessite des compétences en droit des étrangers. Désormais les personnes sont dirigées vers le Secours Catholique ou la Ligue des Droits de l’Homme.

  • Prêts sans intérêt

Cette année, 20 prêts ont été accordés pour un total de 2129 €.  Ce sont 13 prêts de 50€ pour dépôt de dossier en Préfecture, 6 prêts (1439 €) pour les timbres fiscaux nécessaires au retrait des cartes de séjour, et 1 prêt de 40€ pour une aide au transport vers l’OFPRA. En 2017, plus de 4000€ avaient été prêtés.

Le total des prêts restant dus est de 6654 €. Le total des  prêts remboursés est de 3376 € dont 915 € en 2018, ce qui représente un taux de retour de 50%. Le taux de remboursement reste stable d’année en année.

Les prêts sont accordés en priorité aux familles dont les dossiers sont suivis par un bénévole de Soleils 49.

14 demandes de prêt ont été refusées : 7 pour des timbres fiscaux afin de retirer un titre de séjour, 2 pour des dépôts de demande, et 5 pour des aides diverses.

 

Aide matérielle

 

  • Aide alimentaire

La distribution alimentaire est toujours très fréquentée.

En 2018, 303 foyers ont fréquenté la distribution alimentaire, soit 937 personnes bénéficiaires. Cela représente une augmentation de 60 foyers par rapport à 2017. En effet, devant le nombre croissant de demandes, nous avons augmenté notre capacité d’accueil aux distributions, ce qui nous a permis de limiter les périodes de suspension des inscriptions par manque de place.

 

Les foyers sont répartis comme suit :

Personnes seules : 22%

Personnes seules avec enfant(s) : 22%

Couples 15%

Couples avec enfants : 40%

39% des bénéficiaires ont moins de 15 ans.

 

35 % des bénéficiaires ne disposent d’aucun revenu.

56% ont un QF inférieur à 400€

11% ont un QF compris entre 400 et 450€. Ces derniers n’ont accès à la distribution qu’une fois par mois.

 

La participation des familles est la même qu’en 2017 : 30c le kilo pour les foyers à faible revenu et participation libre pour les autres. Une réflexion a été menée afin de mettre la distribution alimentaire aux normes européennes. En effet, la participation au kilo contrevient aux directives européennes qui précisent que les produits en provenance de l’union européenne doivent être donnés (20% des denrées). L’équipe réfléchit à une participation sous forme de cotisation.

 

38 tonnes ont été distribuées en 2018. Cela représente une baisse de 17% par rapport à 2017.

 

Cette année, du fait de la diminution du nombre de bénévoles, la distribution n’a pu être assurée que 4 semaines sur 5, soit 6 journées de fermeture en plus de la fermeture du mois d’Août, ce qui explique la baisse du tonnage, malgré l’augmentation du nombre de bénéficiaires. La majorité des bénévoles de la distribution alimentaire sont des bénéficiaires.

 

En fin d’année 2018, une intervention collective de 4 étudiantes de 2nde année BTS ESF du CNAM IFORIS d’Angers a été menée afin de travailler le réaménagement des locaux de distribution et la modification du mode de participation financière. L’espace réduit de circulation des usagers reste un frein à l’amélioration du mode de distribution. Néanmoins les réflexions des étudiantes sur l’amélioration de l’accueil favorisant la convivialité pourront être repris et mis en œuvre en 2019.

 

  • Cantine et cartes de bus

En Juin, Soleils 49 finançait la cantine pour 36 enfants à l’école primaire. Ce nombre a baissé en Septembre et est remonté progressivement ensuite. En décembre, 21 enfants étaient inscrits à l’EPARC par Soleils 49. Cela représente une baisse significative par rapport à 2017. Quelques familles nombreuses ont quitté Angers, et il arrive que des personnes ne soient pas informées de ce service, et ne font pas la demande.

Comme les années précédentes, Soleils 49 a financé quelques abonnements à IRIGO. Le choix a été fait de privilégier les enfants dont l’hébergement se situe loin de l’école. En effet, les hébergements sont généralement assez précaires et les changements fréquents. Il n’est pas souhaitable que les enfants changent d’école à chaque fois, et la carte de bus devient alors indispensable pour assurer une continuité de la scolarité. En Décembre, Soleils49 finançait 11 cartes de bus pour des enfants, et 2 pour des adultes. Comme les autres années, nous avons dû refuser des demandes, en particulier pour des adultes sans ressources.

 

  • Logement

Cette année a été marquée par la fermeture en Juillet du site de Ruhama au Bon Pasteur qui hébergeait 11 familles dont 4 suivies par Soleils 49 (19 personnes). Une famille a pu être logée dans le parc social d’Angers, trois autres ont été hébergées dans une maison prêtée par les sœurs de Saint Charles et gérée par Soleils 49.

Une famille de 3 personnes est hébergée par les sœurs de l’Esvière, une autre dans une maison prêtée par un particulier et une autre dans une maison prêtée par une paroisse.

L’appartement prêté par la communauté de formation du Bon Pasteur, est toujours très peuplé (entre 4 et 5 personnes pour 3 petites chambres).

Tous ces hébergements sont suivis par les bénévoles de Soleils 49 en lien avec les hébergeants pour les problèmes matériels ou les conflits de voisinage. En effet, il n’est pas toujours facile de cohabiter avec des personnes de culture et de langues différentes Le co-hébergement n’est jamais un choix, mais paradoxalement, les difficultés sont peu fréquentes et la solidarité entre les familles plutôt la règle.

Afin de financer l’installation de la maison prêtée par les sœurs de St Charles, nous avons reçu l’aide d’un café associatif : « le Café des Citoyens du Monde » Ceux-ci ont organisé un concert dont la recette de 348€ été intégralement reversée à Soleils 49. Le 10 Octobre, le groupe « Basic Colors » s’est produit devant un public nombreux, dans une ambiance très chaleureuse.

Cette activité d’hébergement s’amplifie au fil des années, mais le nombre de personnes vivant dans la rue, ou en squatt reste très élevé.

 

Insertion

 

  • Jardin solidaire

La saison 2018 a commencé le 1er Mars, sous la neige !

Les jardiniers ont cultivé : des oignons, pommes de terres, tomates, melons, concombres, petits pois, courges Butternut et potimarrons. Les récoltes ont été données en priorité aux jardiniers, et les surplus ont alimenté la distribution alimentaire du vendredi, ou ont amélioré le quotidien des familles hébergées.

Le propriétaire du terrain vient gracieusement labourer le jardin en début de saison.

5 personnes ont participé à la culture du potager, sous la houlette d’un bénévole, animateur de l’activité. Seuls deux migrants sont venus très régulièrement pendant toute la saison.

Cette année, le partenariat avec le lycée du Fresne n’a pas fonctionné.

Cette activité est confrontée à une difficulté majeure : le potager, situé à Saint Barthélémy, à distance des lignes de bus, n’est pas accessible pour les migrants, tributaires des transports en commun. Il faut organiser un transport en voiture au départ du local. Cette difficulté peut expliquer en partie la relativement faible participation des migrants à l’activité cette année.

  • Actions culturelles

Grâce à la charte « culture et solidarité » signée avec la Mairie d’Angers, 9 spectacles enfants ou tout public ont pu être proposés à des bénéficiaires. Ils sont proposés en priorité aux personnes hébergées par l’association. Entre 4 et 7 personnes ont profité de chaque spectacle.

Par ailleurs 65 places au cinéma « les 400 coups » ont été distribués.

Soleils 49 a aussi financé 2 licences et 3 stages de foot pour des enfants hébergés.

Un partenariat avec le Secours Populaire a permis une sortie « cirque + cinéma » pour 3 familles et une sortie au Puy du Fou pour 2 autres familles.

Au moment des fêtes de fin d’année une vingtaine de tours de grande roue ont été offerts aux bénéficiaires, grâce au CCAS d’Angers.

En tout, Soleils 49 a offert près de 150 spectacles ou activités pour un montant de 508 €.

Ces sorties sont très appréciées par les familles dont le quotidien est assez morose, et elles leur permettent d’aborder la culture française sur un mode ludique.

  • Cours de français

Une bénévole assure des cours de français pour un bénéficiaire de manière très régulière. Il s’agit d’acquérir les bases de la langue française à l’oral et à l’écrit essentiellement pour la lecture.

 

Le site et la page Facebook

Le site créé en 2017 ainsi que la page Facebook de Soleils 49 sont régulièrement alimentés par les actualités de l’association et par des photos.

 

Conclusions et perspectives

2018 a été une année difficile dans tous les domaines : perte d’hébergement, départ de bénévoles. Pour autant, les besoins ne diminuent pas, bien au contraire. Il devient impératif de recruter de nouveaux bénévoles sous peine de devoir arrêter complètement les activités de Soleils 49.

En 2019, Soleils 49 devra mettre en place le nouveau mode de participation des bénéficiaires de la distribution alimentaire. Si des bénévoles viennent renforcer l’équipe, il sera peut-être possible d’assurer à nouveau une distribution toutes les semaines. On pourrait aussi rendre la distribution plus conviviale, en offrant un café par exemple aux personnes qui attendent. 

Pour ce qui concerne le jardin, il serait souhaitable de trouver une parcelle à Angers, accessible pour les jardiniers. En effet, la relativement faible participation observée en 2018 peut être imputée à l'éloignement du jardin.

Concernant l’hébergement, les solutions trouvées sont très précaires et il serait important de pouvoir initier d’autres partenariats d’hébergement.

Ajouter un commentaire